...du gras ! Il est généralement accompagné de viande, et parfois de soupe, voire même de légumes.

Toute la richesse de la cuisine ouzbek représentée sur cet étal...

 Le gras constitue réellement un aliment à part entière dans l'alimentation ouzbek. Sur les étals de viande des marchés on trouve de très appétissants blocs blancs flasques. Lors de notre rando près de Tachkent, on en a découvert l'origine en croisant plusieurs moutons au derrière bien rembourré : il s'agit d' une espèce spéciale dite « moutons à queue grasse » qui fournissent un gras apparemment très prisé. Les Ouzbeks mangent le gras tel quel coupé en morceaux moyens et insérés dans des brochettes (les Schaschlik) : viande-gras-viande-gras-viande-gras. Ils le détaillent aussi en plus petits bouts qu'ils disséminent dans les plats, soupes, etc. Du coup, tout ou presque à le goût et l'odeur de la graisse de mouton.

Parmi les spécialités locales, on note aussi le fameux Plov, LE plat ouzbek par excellence. Du riz, des carottes et de la viande, avec soi-disant des variantes selon les régions. « Soi-disant », car le plov c'est un peu l'Arlésienne : tout le monde le vante et il est sur tous les menus mais bizarrement dès qu'on en demande c'est « sorry pas aujourd'hui », « non, sorry, on n'en a plus », « il fallait venir ce midi, on n'en mange pas le soir »... On a quand-même réussi à en tester et ça a goût de ...riz avec des carottes et de la viande.

Hormis les Schachlik – qui peuvent aussi prendre l'apparence plus sympathique de viande de kebab – les spécialités de viande sont variées : saucisses, tourtes à la viande, beignets à la viande... Et dans les assiettes, les portions sont plus que généreuses. Le résultat se voit sur les Ouzbeks !! Les nouilles type spaghettis constituent une autre spécialité avec plusieurs variantes : nouilles froides parsemées de viande de cheval, nouilles vertes (aussi froides) au yaourt servies avec un ragoût de viande... Un régal ! (blague).

Côté laitages, les Ouzbeks semblent friands de petites boules de fromage sec, roulées sous les aisselles ou ailleurs, on ne sait pas. On trouve aussi quelques yaourts, mais plus sur les étagères des bistrots ou les étals de marchés que dans des frigos.

Pour finir sur une note positive : en Ouzbékistan, on trouve de beaux fruits (frais comme secs) et de bons biscuits industriels vendus au détail...

Emilie