Pour la fin de notre voyage en Inde, nous passons une quinzaine de jours dans le Rajasthan, le pays des maharadjas, à l'ouest du pays. Au programme : visites de forteresses et palais, tous plus beaux les uns que les autres, mais aussi tours en bateau, en chameau, en rickshaw... (l'équivalent indien du métro-boulot-dodo!). Le tout rythmé par plusieurs visites d'ambassades à Delhi afin de faire faire nos deux visas manquants pour la suite - visa ouzbek et visa russe).

Jaipur la Rose

Entre deux missions « visa » à Delhi, nous partons pour une première excursion dans le Rajasthan, direction Jaipur et sa région.

Le Hawa Mahal à Jaipur Jaipur est dite la « Ville Rose » en raison de la couleur de ses bâtiments (en réalité c'est plutôt saumon défraîchi que rose, mais ça sonne moins bien). Capitale du Rajasthan, c'est une grande ville dynamique et vivante, où il y a plein de choses à voir, faire ou visiter – Basile a beaucoup aimé ; de mon côté j'en garde un souvenir moins enthousiaste (manque d'ambiance particulière, contrairement aux autres villes qu'on a visitées). On y visite notamment le Hawa Mahal (le Palais des Vents), dont la belle façade est emblématique de la ville, ainsi que le Jantar Mantar, un étonnant site regroupant des outils d'astronomie du 18e siècle ; pas de belles boussoles cuivrées, non, plutôt des cadrans solaires de 20m de haut façon Le Corbusier. Pas beau, donc, mais intéressant ! A une douzaine de kilomètres de Jaipur, on visite aussi l'impressionnante forteresse d'Amber, très bien conservée avec des détails typiques du Rajasthan comme de belles peintures de fines fleurs sur les murs ou encore une salle aux murs recouverts de petits miroirs (en verre de Belgique, apparemment à la mode à l'époque !). Notre guide montre malheureusement plus d'intérêt pour les installations électriques du son et lumière que pour la forteresse elle-même.

Après Jaipur, petite étape à Pushkar, une petite ville toute paisible aux murs de couleurs claires, bien agréable après l'agitation de Delhi et Jaipur. Seul moment de stress pour Basile : la rencontre avec une vache sournoise (cf. ci-dessous – attention, photo collector!). Aucun dommage à signaler :-)

Instinct de survie

Entre deux pauses-terrasses face au petit lac de Pushkar, on se rend à Ajmer, haut lieu de pèlerinage musulman, pour visiter la vieille ville et l'ancienne mosquée...et on fuit rapidement face à une attaque massive de touristes indiens armés de smartphones (les gens qui veulent nous prendre en photo, au début c'est marrant mais à la fin c'est pesant – surtout que ça peut durer très longtemps car en général toute la famille s'y met!).

De retour à Delhi, victoire !: nous récupérons enfin notre visa ouzbek ! (ça ne se fait pas sans peine : il faut d'abord patienter une heure dehors devant la guérite ouverte sur la rue qui sert de centre de visas, faire un aller-retour à l'autre bout de la ville pour déposer l'argent à la banque dans laquelle l'ambassade à un compte, revenir avec la preuve de dépôt, re-patienter plusieurs heures, re-donner des infos déjà indiquées, ...et enfin se présenter une dernière fois en fin de journée pour récupérer nos passeports !)

 

Vie de pacha à Udaipur

Notre deuxième excursion dans le Rajasthan commence par un train de nuit pour Udaipur. Dans notre compartiment à couchettes, nous rencontrons Krishna, un ingénieur indien francophile qui nous éclaire sur bien des mystères, à commencer par le fait que – question qu'on se posait depuis le début – oui, les conducteurs de tuk-tuk essaient AUSSI d'arnaquer les passagers indiens. Krishna est le premier vrai gentil qu'on rencontre en Inde (comprendre : sympa et désintéressé!) ; il nous emmène d'abord chez lui boire un thé puis nous reconduit dans le centre ville en voiture et nous donne quelques tuyaux pour notre séjour dans la région. Comme beaucoup d'autres personnes qu'on rencontrera en Inde, Krishna fait régulièrement la navette entre Delhi où il travaille et sa famille restée à Udaipur faute de moyen pour pouvoir habiter ensemble.

Udaipur a de petits airs de ville italienne avec un grand palais, de belles maisons, un lac, des revêtements de murs blancs ou jaune pâle qui retiennent la lumière du soir... (Udaipur est dite « la blanche »). Avec le palais du maharaja qui surplombe le lac et le Lake Palace, un palais « flottant » au milieu du lac désormais transformé en palace, on croirait que la ville a été construite comme un décor de film. Il fait beau, il fait chaud, l'endroit est touristique mais tranquille car c'est la basse saison... L'ambiance incite au farniente. Et ça tombe bien, il y a plein de beaux hôtels qui rentrent dans la catégorie « cadeau des 30 ans » !!! Après plusieurs visites de palais et un choix difficile, on se décide pour le Amet Haveli, un « petit » palais construit au 18e siècle par des proches du maharadja de l'époque, une grande chambre toute belle (et propre !), mais c'est surtout la vue magnifique sur le lac qui nous retient le plus (...ah oui, et aussi la petite piscine, idéale pour se rafraîchir quand il fait chaud avant un petit cocktail sur la terrasse surplombant le lac... Vie de rêve, oui oui !!)

Udaipur

Jodhpur la Bleue

Après Udaipur, on descend de notre nuage et on reprend la vie normale – et la route pour Jodphur. Au passage, on s'arrête visiter le temple de Ranakpur, un magnifique temple jaïn en marbre blanc, contenant des centaines de piliers sculptés. Presque aussi beau que le Taj Mahal !

Jodhpur est dite « la ville bleue » (et ici la couleur n'est pas usurpée, les murs sont incontestablement bleus). On y visite l'imposante forteresse en grès rouge qui surplombe la ville de 135m. En contrebas, la vieille ville est un dédale de ruelles où on rencontre marchands d'épices, enfants jouant à la balle, vaches, ados jouant au cricket, etc. On y trouve forcément beaucoup de maisons bleues – la couleur était à l'origine réservée à la caste des brahmanes mais elle a également une fonction d'éloignement des insectes.

 

Dans le désert à Jaisalmer

Pour se rendre à Jaisalmer, pas d'autre solution que de prendre un bus pour un long trajet à travers le désert (...un bus 2 en 1 !: Au-dessus des sièges, des compartiments vitrés servent de couchettes et les gens peuvent donc s'entasser sur 2 étages.)

A une petite centaine de kilomètres du Pakistan, la citadelle de Jaisalmer ressemble à un dessin d'enfant avec ses tours et ses créneaux. (Devinette : ses murs sont ocre, quel est donc le surnom de cette ville?*). Il y fait chaud, très chaud (entre 40 et 45°C). A l'intérieur de l'enceinte du fort, on trouve entre autres un palais et un ensemble de temples jaïns aux magnifiques colonnes sculptées.

On profite aussi d'être dans le coin pour aller faire un tour dans le désert du Thar, en partie en jeep, en partie à dos de chameau (pas top niveau confort mais mieux que l'éléphant de Thaïlande – la selle fait toute la différence!). Malgré le nombre impressionnant de pylônes électriques et d'éoliennes, ça reste beau, le désert s'étend à perte de vue et on croise plusieurs petites antilopes.

Promenade dans le désert...

Retour à Delhi

Dernière étape : retour vers Delhi en voiture. Au passage, petite halte à Deshnoke où on visite rapidement « le Temple des Rats »... A l'intérieur, des centaines de petits rats nourris par les fidèles vivent une vie épanouie et heureuse.

On passe ensuite deux jours à visiter le Shekawati, région connue pour ses villas (havelis) aux façades peintes de nombreuses fresques. La région s'est développée aux 18e-19e siècles grâce à la présence de riches commerçants d'épices et d'opium. Résultat : au milieu du désert, une dizaine de villages rassemblent leurs somptueuses havelis – souvent abandonnées et décrépies - aux façades décorées de motifs représentatifs de l'époque (vélos, trains, bateaux, portraits de commerçants indiens ou britanniques, éléphants, chevaux, bataillons de soldats...).

 

La fin de notre boucle dans le Rajasthan marque la fin de notre voyage en Inde – on ne reste ensuite que quelques jours à Delhi avant de prendre l'avion pour l'Ouzbékistan (où on se trouve actuellement, mais qu'on racontera plus tard!)

Emilie

 

* (la ville jaune)

Album "Rajasthan 1" (photos de Jaipur à Udaipur)

Album "Rajasthan 2" (photos de Jodhpur au Shekawati)

 

En bonus quelques photos d'animaux bien indiens