Khajuraho

DSC_2044

Nous continuons notre voyage dans la vallée du Gange en nous rendant à Khajuraho, à 500 km à l'ouest de Varanasi. C'est une petite ville en plein milieu de la campagne qui abrite un groupe de temples construits entre le XIème et le XIIème siècles, classés au patrimoine mondial de l'UNESCO pour la richesse de leur sculptures. Dans la pratique, ils sont surtout célèbres pour leurs nombreuses sculptures érotiques même si celles-ci ne constituent qu'une petite proportions de l'ensemble.

A cette époque, les brahmanes et souverains du coin étaient des adeptes du tantrisme, une doctrine qui voit le sexe comme un moyen d'atteindre l'extase spirituelle. Le concept est plutôt sympa, c'est étonnant qu'il ne se soit pas répandu plus largement. J'imagine déjà à quoi ressemblerait «  Le Jour du Seigneur » sur France 2 le dimanche matin ! Les pubs pour les montes-escaliers et les prothèses auditives entre le sermon et l’eucharistie seraient remplacées par des pubs Durex et les enfants de cœur par des pom-pom girls en lingerie à dentelles.

...Bon assez rêvé, retour à la réalité. L'après-midi nous nous promenons dans le village en compagnie d'un habitant sympa qui s'improvise guide. C'est intéressant de voir que le village est vraiment divisé en quatre zones distinctes réservées à chacune de castes. Malheureusement même ici, pas facile de se balader tranquillement. Notre pseudo-guide ne nous lâche pas la grappe et se réinvente une vie toute les demi-heures, des enfants viennent mendier, un habitant nous accueille avec un thé mais s'empresse de nous montrer les trous dans le toit de sa maison, l'instituteur nous explique qu'il manque de fonds pour son école... Tous ont l'objectif d'attiser notre pitié pour récupérer un bout de notre portefeuille. Pas facile de distinguer le vrai du faux dans toutes ces histoires. Vu le nombre d'arnaqueurs qu'on croise tous les jours dans ce pays, on a du mal à croire qui que ce soit dès qu'il y a de l'argent en jeu.

 

Orchha:

DSC_0187

Le lendemain nous partons pour Orchha, une petite ville d'à peine 10 000 habitants en dehors des circuits touristiques classiques, qui abrite une belle forteresse entourée d'une petite rivière et dans laquelle se trouve deux grands palais des XVIe et XVIIe siècles dont l'un (le plus grand) n'a servi qu'une seule nuit pour accueillir l'empereur moghol. En arrivant à la gare, petite surprise du jour (en Inde, il y en a tous les jours) : des gens font leur lessive sur les rails ! Ils utilisent des robinets placés à coté des rails qui servent sûrement pour certaines tâches de maintenance des trains. Apparemment, ça n'étonne que nous, les autres voyageurs et le personnel de la gare s'en foutent royalement.

 Dans l'après-midi, une fois arrivé à Orchha, on se balade un peu dans la ville, puis le soir nous allons voir le son-et-lumières du château. Le spectacle est assez bien fait et pour une fois en Inde, il n'y a pas foule ; nous ne sommes que 8 spectateurs. Le spectacle est quand même interrompu une dizaine de minutes suite à une panne de courant histoire de nous rappeler dans quel pays nous sommes. Le lendemain, nous visitons les palais qui sont assez impressionnants par leur taille. Même si les pièces sont vides et que seules quelques fresques subsistent, c'est marrant de pouvoir se balader librement et de se perdre dans la centaine de pièces réparties sur quatre ou cinq étages. Sur les toits on voit aussi quelques espèces de grosses perruches vert fluo et des vautours. L'Inde est un pays surpeuplé mais ce n'est pas seulement vrai pour sa population humaine. De tous les pays que nous avons visités, c'est également celui où l'on voit le plus d'animaux en tous genre : singes, écureuils, vaches, chèvres, rats, toutes sortes d'oiseaux mais aussi moustiques, cafards et autres insectes.

 

Agra:

DSC_0386

Dernière étape avant Delhi, Agra, la ville du Taj Mahal. Nous nous rendons au Taj Mahal à 6h30 le matin (pas facile les vacances!) afin d'éviter la foule. Le bâtiment n'est pas visible de l’extérieur car il est entouré d'un mur, du coup on l'aperçoit tout d'un coup lorsqu'on franchit le portail d'entrée ce qui donne un effet un peu magique surtout avec légère brume du matin. D'un point de vue architectural, le bâtiment est magnifique. Il est entièrement en marbre blanc, les proportions des différents éléments sont parfaites et tout, y compris les jardins qui l'entourent, est parfaitement symétrique. Apparemment, la construction a mobilisé 20 000 personnes pendant une vingtaine d'années. Emilie l'a adoré, moi je l'ai trouvé super beau mais presque un peu ennuyeux tellement il est parfait et symétrique. En plus le bâtiment n'est pas très vivant. En même ce n'est pas étonnant pour un tombeau. De près aussi le monument est impressionnant. Il est recouvert de motifs réalisés avec des pierres colorées finement taillées qui ont été incrustées dans le marbre.

Autre site emblématique d'Agra, le Fort Rouge qui était la résidence des empereurs moghols aux XVIIe et XVIIIe siècle. C'est un complexe immense avec pleins de cours et de palais. Certains bâtiments sont entièrement en marbre avec des murs intérieurs incrustés de pierres semi-précieuses comme le Taj Mahal. Les pièces sont vides, donc la visite ne dure que quelques heures mais le site est vraiment immense. Le reste de la journée nous nous baladons un peu dans la ville, visitons un autre petit mausolée et admirons le Taj Mahal en fin de journée depuis un jardin sur la rive opposée de la rivière. Le lendemain, nous visitons Fatehpur Sikri à 40km d'Agra. Cette petite ville abrite un grand palais ainsi qu'une grande mosquée datant du XVIIe siècle. Un empereur moghol a voulu faire de cette ville la nouvelle capitale de l'empire mais après seulement 15 ans, ayant asséché la nappe phréatique, il dut retourner à Agra. Le palais est très grand mais pas très richement décoré on ressent bien qu'on est dans un palais dont la construction s'est arrêté avant la fin. La visite est intéressante mais ça ne vaut pas le Fort Rouge.

Hormis ces superbes sites historiques, la ville d'Agra en elle-même n'est ni belle, ni particulièrement intéressante. C'est une grande ville indienne assez banale avec a pleins de petits stands dans la rue et des ateliers d'artisans mais le tout dans un chaos invraisemblable. Même en faisant de gros efforts, pour un Européen c'est impossible d'imaginer le degré d'anarchie qui règne dans les villes indiennes. Il faut le voir pour le croire. En gros, la recette est plus ou moins la suivante : prenez Marseille, multipliez la densité de population par quatre, arrêtez d'entretenir les bâtiments et les rues pendant 20 ans, supprimez toutes signalisation sur la route (y compris les feux), rajoutez à cela une grève des éboueurs, sans oublier des vaches, des chèvres et des cochons en liberté et des mendiants. Avec tout cela vous arrivez plus ou moins à la moitié du niveau de bordel d'une ville indienne. D'ailleurs à Agra, on a eu la chance de tester la conduite à contre-sens sur une 4 voies avec terre-plein central !

Après cela, nous partons pour Delhi où quelques tâches moins marrantes nous attendent puisque nous devons faire nos visas ouzbek et russe pour nos prochains mois de voyage. Comme dernière surprise avant de prendre notre train pour Delhi à 6h du matin, on croise un groupe d'ânes sur le quai de la gare (normal, quoi !).

Plus de photos de la vallée du Gange

Basile